Une bonne année ?

Une nouvelle année grégorienne voit le jour, un nouveau cycle commence. Comme l'usage le veut, je vous présente mes voeux de joie, de santé et de réussite dans vos projets. Mais profitons de ce moment pour se poser quelques questions. Après tout, même en cette période de fêtes et de bombance, il n'est pas malvenu de penser !

----------

Une année ? Primo, parlant de cycle, que représente le cycle de ce calendrier ? On peut déjà en dire que, issu du calendrier romain et du calendrier julien, il est lié à l'année tropique. Autrement dit, c'est "l'intervalle de temps dans lequel la longitude moyenne du Soleil sur son orbite apparente croît de 360 degrés" (dixit Wikipedia). Mais en ceci, cette définition n'est pas différente de celle du calendrier lunaire puisque l'un et l'autre correspondent à la périodicité des saisons. La principale différence se situe dans le choix du premier jour de l'année. Ainsi le calendrier julien choisit d'ignorer la date traditionnelle du 15 mars (les Ides de Mars, considérées comme le début du printemps) pour imposer le 1er janvier, date de l'élection des Consuls de Rome. On peut donc se poser sérieusement la question de la pertinence actuelle de cette date comme début d'une année... En d'autres termes, qu'on me permette de considérer que le 1er janvier n'est qu'un jour comme un autre et de lui préférer le jour de nouvel an lunisolaire. Car, pragmatiquement parlant, l'arrivée du printemps me semble avoir un impact bien plus important sur ma vie quotidienne que d'anciennes élections d'une civilisation disparue. On se retrouvera donc le 3 février pour ce que je considère comme le réel début de cette année Clin d'œil

----------

Bonne ? Deuxio, on se souhaite souvent à cette occasion "tous les bonheurs du Monde". Mais cette notion de bonheur est quand même très galvaudée et tout à fait relative. D'autres que moi décrivent admirablement que cette course au bonheur, qui se confond avec la course aux désirs, n'apporte finalement que frustrations et déceptions. En outre, il est aisé de confondre un bonheur de l'âme avec un bonheur somme toute plus matériel. Aussi souhaiter tous les bonheurs à un proche, n'est-ce pas lui donner de faux espoirs, et in fine lui procurer du "malheur" ? J'avoue là mon cynisme mais cette propension à confondre "avoir" et "être", et cette course au "toujours plus", est quelque part "criminelle"...

----------

Reformulation : plutôt que de souhaiter une bonne année, je reformulerai ainsi mes voeux : durant ces prochains 365 jours 5 heures 48 minutes et 45 secondes, je vous souhaite de trouver en vous la satisfaction d'être ce que vous êtes et de posséder ce que vous possédez... tout en continuant à évoluer, naturellement, sans vous presser Cool

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site