Généralités techniques

(Texte traduit du livre "Hapgido Sulgi Gyobon - Chodanpyeon" de CHOE Sang-Heon)


daedonggwasi004.jpg

 

Le Hapgido se distingue par sa richesse technique qui permet au pratiquant de répondre de manière efficiente à des agressions :

- de toute nature : mains nues (Maenson, 맨손), mains armées, plusieurs assaillants

- sous tous les angles : par devant (Ap euro, 앞으로), par derrière (Dwiro, 뒤로), de côté (Yeop euro, 옆으로)

- à toutes distances : courte (Dangeori, 단거리), moyenne (Junggeori, 중거리) et longue (Janggeori, 장거리)

- en utilisant toutes les ressources dont on dispose (tête, épaule, coudes, mains, doigts, genoux, pieds ; saisies)

- sur toutes les faiblesses des adversaires (points de pression, articulations, organes).

 

1- la Respiration Abdominale (Danjeon Hoheupbeop단전 호흡법, 丹田 呼吸法)

La respiration abdominale est un exercice destiné à développer et à entretenir son énergie interne (Gi, , ) et, ce, dans un double but :

- Acquérir une bonne santé en faisant le plein d’énergie et en diffusant celle-ci aux organes et aux membres. En effet, comme le corps est sujet à des variations de forme (un jour, on est plein d’énergie, un autre jour, on se sent à plat), il est important d’être en permanence prêt physiquement pour donner son maximum au combat. Si on est malade lors d’une confrontation, les chances de vaincre seront plus faibles. La dimension santé dans les arts martiaux ne s’explique que pour de pragmatiques raisons de disponibilité du plein potentiel en vue des combats.

- Aquérir une efficacité martiale importante grâce à la puissance générée par une libération explosive de cette énergie lorsque l’on effectue une attaque ou une défense.

 

2- les Chutes et les Roulades (Nakbeopsul낙법술, 落法)

Ces techniques ont quatre applications principales :

- Ne pas se blesser lors d’une chute

- Ne plus avoir peur des projections et accepter la chute sans craindre le contact avec le sol

- Acquérir un sens de sa position dans l’espace et savoir notamment où se trouve le sol, quelle que soit la position du corps

- Pouvoir se déplacer rapidement et de manière surprenante pour l’adversaire afin, par exemple, de briser un encerclement, d’esquiver une attaque ou de sortir d’une tentative de clé.

On distingue les chutes des roulades suivant les critères suivants :

- La chute consiste à arriver sur le sol et à y rester pour enchaîner directement une technique de combat (coup de pied, clé, …)

- La roulade consiste à arriver sur le sol et à se relever immédiatement sous l’effet de l’impulsion créée par la projection.

 

3- les Coups des Membres Inférieurs (Jokgisul족기술,足技術)

Spécialité des arts martiaux coréens, les coups de pieds sont utilisés pour les distances longues à moyennes. Ils sont toujours dirigés contre des points anatomiques précis (points douloureux ou vitaux). Ils permettent de maintenir l’adversaire à une distance de sécurité et de le garder en entier dans son champ de vision. En Hapgido, il y une progression spécifique dans l’apprentissage des coups de pieds :

- Les coups de pieds simples (Danshik Joksul, 단식 족술, 單式 足術) : on les pratique à tous les niveaux (bas, moyens, hauts), depuis toutes positions (debout, position du cavalier, assis, allongé)

- Les coups de pieds enchaînés (Bokshik Joksul, 복식 족술複式 足術) : on peut enchaîner deux ou plusieurs coups de pieds de la même jambe ou alterner l’une après l’autre. Ces enchaînements doivent toujours se faire de manière fluide et puissante.

- Les coups de pieds sautés (Doyak Joksul, 도약 족술, 跳躍 足術) : ils peuvent être exécutés sur place ou avec élan, avec une jambe ou avec les deux jambes, sur une cible ou deux en même temps

- Les coups de pieds spéciaux (Teuksu Joksul, 특수 족술, 特手 足術).

Afin de s’en protéger, le Hapgido possède un important arsenal de défenses et de contre-attaques contre les coups de pied (Bangjoksul, 방족술, 防足術)

 

4- les Coups des Membres Supérieurs (Gwonsul권술, )

Ce sont les coups utilisés pour les distances moyennes à courtes. Pour être plus efficaces, de la même manière que les coups de pieds, ils sont ciblés sur les points douloureux. Ils sont en général utilisés pour incapaciter momentanément l’adversaire et enchaîner par une projection ou une clé d’articulation et, lors de l’immobilisation finale, pour l’assommer. Il existe beaucoup de formes d’attaques faites par les membres supérieurs :

- Main fermée (poing, marteau, doigts proéminents)

- Main ouverte (sabre de main, paume, doigts, espace pouce-index)

- Avant-bras, coudes et épaules

Enfin, le Hapgido propose aussi une large gamme de défenses et de contre-attaques contre des coups de poing et les attaques de sabre de main (Banggwonsul, 방권술, 防拳術).

 

5- les Clés d’Articulations (Keokkgisul꺾기술)

Dit aussi Gwanjeolgi (관절기, 範節技). Les clés d’articulations sont l’application de torsions douloureuses aux articulations, portées au maximum de la limite articulaire. Le pratiquant peut atteindre différents résultats selon la puissance qu’il donnera aux clés : douleur simple, contrôle, luxation, bris d’articulation. Ces techniques sont donc très utilisées par les Forces de Police dans la mesure où elles permettent de maîtriser un adversaire sans pour autant le blesser et, donc, de procéder à une arrestation dans le respect de l’intégrité physique de l’interpelé.

Toutes les articulations, ou presque, sont susceptibles d’être contraintes par une technique de Hapgido : - doigts - poignets - coudes - épaule - dos - genoux - chevilles - cou.

Comme pour les techniques précédentes, il existe aussi de nombreuses techniques de défense contre les clés d’articulation (Daekkeokkgisul , 대꺽기술).

 

6- les Projections (Deonjigi던지기)

Dit aussi Intusul (인투술, 人投術). Ce sont les techniques qui visent à déséquilibrer l’adversaire afin de le faire chuter au sol. Il existe pour cela de nombreuses techniques qui peuvent être regroupées dans les familles suivantes :

- Projections d’épaule, de hanche ou de jambe (principe du levier)

- Déséquilibres (pousser et tirer)

- Fauchages et balayages

- Sacrifices

Des défenses contre les tentatives de projection sont aussi enseignées, traditionnellement distinguées en défenses (Bangtugisul, 방투기술, 防投技術) :

- Avant la saisie (Japgi jeon, 잡기 전)

- Après le saisie (Japhyeosseul ttae, 잡혔을 때)

- Pendant la projection (Deonjil ttae, 던질 때)

 

7- les Immobilisations (Gojeongsul고정술, 固定術)

Ce sont les techniques qui visent à déséquilibrer l’adversaire afin de le faire chuter au sol. Il existe pour cela de nombreuses techniques qui peuvent être regroupées dans les familles suivantes :

- Immobilisations sur le dos (et retournements)

- Immobilisations sur le ventre

- Etranglements (Mok Joreugi목 조르기)

Des défenses contre les tentatives d'immobilisation sont étudiées. Elles s'apparentent à du combat au sol mais leur finalité générale est de sortir de l'immobilisation et de se remettre debout aussi vite que possible.

 

8- la Défense Personnelle (Hoshinsul호신술, 護身術)

Il s’agit de l’application de combinaisons de techniques précédentes à la défense personnelle dans le cadre de situations particulières. Les techniques sont donc retravaillées selon les particularités de chaque attaque et de chaque situation.

- Défenses contre les saisies de poignets, de vêtements, au corps, des jambes

- Défenses contre les étranglements

- Défenses contre les frappes

- Défenses contre ces attaques venant de toutes directions : par devant, de derrière ou de côté

- Défenses quelle que soit notre position : debout, assis, allongé sur le dos ou sur le ventre

- Défenses contre un ou plusieurs adversaires.

 

9- les Techniques d’Armes (Mugisul무기술, 武器術)

Le Hapgido propose relativement peu d’armes à étudier. Les principales sont les suivantes :

- Bâtons court (Danbong, 단봉, 短棒), moyen (Jungbong, 중봉, 中棒) et long (Jangbong, 장봉, 長棒) et canne (Jipangi, 지팡이)

- Sabre (Dogeom, 도검, 刀劍) et couteau (Dangeom, 단검, 短검)

- Corde (Jul, )

Leur apprentissage s’effectue sur les mêmes bases que les techniques à mains nues, c’est à dire qu’il s’agit des mêmes déplacements, des mêmes schémas corporels et des mêmes applications techniques (frappes, clés d’articulation, projections, contrôles au sol). Le Hapgido met aussi bien l’accent sur le combat à mains nues contre les attaques à mains armées (défenses mains nues contre couteau, mains nues contre matraque) que sur le combat à armes contre armes (couteau contre bâton, bâton contre sabre, etc.). Selon les écoles, d’autres types d’armes spécifiques peuvent être abordées (éventail, fléau, lance, etc…), les armes ci-dessus représentant le tronc commun.

Date de dernière mise à jour : 03/02/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×