Hapgido Sam Daewolli - les Trois Grands Principes du Hapgido

Calligraphie des Trois Principes (extrait de Jungkikwan.com)

 

Les Trois Principes (Hapgido Sam Daewolli, 합기도 삼대원리,  合氣道 三大原理) sont le credo du Hapgido, c’est à dire l’orientation, le but vers lequel tend sa pratique. Ils s’appliquent au combat, évidemment, mais pas seulement : ils représentent les moyens utiles à l’amélioration de l’Esprit du pratiquant, à son intégration dans Société et à sa relation avec la Nature. Ces trois Grands Principes sont :

 

 

Hwa (, )        :               Harmonie

Won (, )        :               Cercle

Yu (, )           :               Fluidité

 

1- Hwa - le Principe d’Harmonie

Dans son sens commun, l’Harmonie, c’est être en adéquation avec son environnement. Son contraire, c’est le Chaos, l’expression totale de l’individualité, l’anarchie en somme. Contrairement aux animaux, l’Homme a toujours le choix de se conformer ou pas avec ce qui l’entoure. Pour la philosophie orientale, toute chose doit être à sa place en accord avec l’Univers. De la même manière, chaque être humain a sa fonction et sa place, qu’il doit comprendre et accepter.

 

1.1 Applications quotidiennes

 Esprit : avoir un esprit harmonieux, c’est éviter les déséquilibres (c’est à dire tout excès ou tout manque), que ce soit en terme de réflexion ou de sentiments. Il s’agit aussi de faire travailler les deux hémisphères de son cerveau (logique et création). En outre, il vaut mieux éviter une trop grande spécialisation des connaissances et, au contraire, il est recommandé de posséder une bonne culture générale touchant à des domaines variés.

 Société : toute Société possède des règles et des lois qui sont, à l’origine, un consensus entre voisins à respecter si l’on veut vivre en paix. Il convient alors d’éviter les conflits qui détruisent ce lien social. Ca n’empêche pas de « sortir un peu du lot » ou de contester certaines lois, mais dans le respect d’un débat démocratique et dans le respect des personnes. Et ça ne veut pas dire qu’on ne peut profiter d’un ascenseur social, mais il faut y aller en douceur, sans brûler les étapes.

 Nature : la Nature est, elle aussi, régie par des Lois. Bien que l’Homme ait le choix de les accepter ou non, le Principe d’Harmonie propose au pratiquant de les suivre. L’Homme ne doit pas se croire supérieur à ces Lois et il doit connaître sa place au sein de la Nature. Par essence, celle-ci est équilibrée. Toute action contraire de l’Homme peut rompre cet équilibre, provoquant sa propre perte.

 

1.2. Application au combat

 Il s’agit de s’harmoniser avec le ou les adversaires, de s’adapter à leurs mouvements, à leurs attaques. Il n’y a pas d’opposition directe du pratiquant à leurs actions mais un accompagnement. Le but de ceci est :

 - D’éviter la confrontation de force, d’économiser ses forces et, de cette manière, de ne pas se fatiguer trop vite.

- De profiter de l'état de l'adversaire (force, rapidité, agressivité, ...) pour les retourner contre lui ou au contraire de profiter d'un moment de fatigue ou de rupture de rythme pour prendre l'avantage.

 Ce principe invite aussi le pratiquant à ne privilégier aucune technique au détriment d’une autre, ce qui entraînerait un déséquilibre néfaste à l’efficacité. Il ne faut pas négliger, par exemple, les projections sous prétexte qu’on se sent plus habile dans les frappes. Il vaut mieux un technicien généraliste qu’un spécialiste dans un domaine particulier.

 

2-   Won - le Principe du Cercle 

Il faudrait plutôt avoir l’idée de l’ellipse (c’est à dire un cercle plus ou moins aplati). Ce Principe rappelle qu’il est important d’avoir intégré la notion de centre et d’espace à 360°. Tout ne se passe pas devant soi, mais aussi derrière et sur les côtés. Il faut aussi connaître son propre « rayon d’action » et celui de son adversaire. Cette notion de cercle peut être étendue à celle de sphère dès qu’on y intègre la troisième dimension. C’est le contraire de la ligne droite qui, elle, ne tient compte que d’une seule dimension.

 

2.1. Applications quotidiennes

 Esprit : lorsqu’un problème se présente, il convient de l’observer sous tous ses angles, d’envisager d’autres solutions lorsque l’une d’elle ne fonctionne pas. En effet, le Hapgido préconise d’avoir l’esprit ouvert, de regarder partout. C’est le contraire de la concentration, du focus : l’Esprit doit être spatial, et non linéaire.

 Société : le Cercle en Société, c’est avoir de la diplomatie, éviter les confrontations directes, ou on court le risque de froisser son interlocuteur. Ca veut dire aussi que lorsqu’un problème se présente avec autrui, il faut envisager toutes les options pour le résoudre avant d’en venir à une solution trop frontale, voire agressive.

 Nature : la Nature se développe en cercles (par exemple, les forces de Coriolis ou la structure de l’ADN). Elle nous démontre que la ligne droite est rarement le chemin le plus court pour aller d’un point à un autre.

 

2.2. Application au combat

Tous les mouvements du Hapgido sont elliptiques, de rayon plus ou moins court, tellement court que parfois ils peuvent être vus comme des mouvements en ligne droite pour un observateur extérieur. Le pratiquant évolue à l’intérieur d’une sphère centrée dans son Danjeon et de rayon infini. Les attaques contre lui sont déroutées à la surface de cette sphère, comme un objet qui rebondirait sur une balle, et redirigées. Cependant, cette sphère n’est pas figée et elle peut :

- Se contracter (force centripète), de manière à rapprocher l’adversaire de soi.

- Se dilater (force centrifuge), de manière à éloigner l’adversaire de soi.

  

 3-  Yu - le Principe de Fluidité

Comme la rivière qui coule sans jamais s’arrêter, qui s’adapte en permanence au terrain et qui ne s’attaque pas directement aux rochers mais les contourne, ce Principe préconise d’être toujours en mouvement et de ne pas se figer un seul instant. Il insiste donc sur le fait que l’immobilisme est à éviter à tous prix.

 

3.1. Applications quotidiennes

Esprit : l’Esprit du pratiquant ne doit pas s’attacher sur tel problème, ni même sur tel événement heureux de la vie quotidienne. Cet attachement ne lui permettrait pas d’être disponible pour un nouveau sujet. Il faut donc pouvoir passer d’une pensée à une autre, d’un sentiment à un autre, sans interruption, ce qui ne veut pas dire ne pas finir un travail mais au contraire essayer de contourner tous problèmes qui pourraient empêcher son achèvement (l’exemple type est l’élève qui rate un examen parce qu’il a perdu tout son temps à chercher la solution à un problème donné, l’empêchant de finir les autres : il aurait mieux fait de laisser ce problème derrière lui et passer aux suivants pour lesquels il connaissait les réponses, puis revenir au premier problème par la suite). « Quand on regarde une feuille, comment voir l’arbre dans son entièreté ? »

Société : il s’agit ici de s’adapter en permanence à ses différents interlocuteurs afin de les comprendre et d’entretenir de bonnes relations avec eux, quel que soit leur niveau social, leur sexe ou leur religion, ce qui implique de posséder une bonne culture générale. On peut se concentrer sur une personne mais, alors, comment comprendre la Société et l’Humanité dans son ensemble ? 

Nature : la Nature suit des cycles que l’on subit (saisons, naissance, vie, mort). Plutôt que de les refuser, il vaut mieux s’en accommoder sans aller contre : accepter une naissance, une mort, accepter sa propre vieillesse et sa propre mortalité. Aller à « contre-courant » n’est que perte de temps.

 

3.2. Application au combat

 Le pratiquant contourne l’attaque et s’attaque aux ouvertures, aux points faibles de son adversaire. Ses mouvements sont fluides et continus. Ainsi doit être son esprit, fluide, sans arrêt, ni blocage (pas de focalisation sur un couteau ou sur un adversaire dans une attaque de groupe,  par exemple) afin d’être toujours disponible face à toutes attaques.

 En outre, dans un combat contre plusieurs adversaires, la clé de la victoire réside dans un mouvement perpétuel, le moindre arrêt pouvant signifier une opportunité pour ces adversaires, elle réside aussi dans une attention portée à tous les adversaires, réels ou potentiels, sans se focaliser sur l’un d’eux en particulier. Il y a rarement une attaque unique en Hapgido mais plutôt une succession de coups, de clés, de projections qui casseront la concentration des adversaires et leur capacité à unir leurs efforts.