[kkeokkgisul] Paltuk an'euro kkeokkgi

(Librement traduit du livre "Hapgi Tamgu" de KIM I-Su )

 

Le partenaire vient me saisir le poignet (바깥 손목잡기, Bakkat Sonmok Japgi). M'accordant à la force de son attaque (Hwa, , ), je vide mes propres forces.

 

Avançant ma jambe gauche, je lui applique Daegakseon Milgisu et lui déplace son centre, créant ainsi l'ouverture pour l'action suivante. Ici, il convient de ne pas séparer ma main droite de la saisie de l'adversaire.

 

Poursuivant le mouvement précédent, j'entre en avançant ma jambe droite, tout en me protégeant avec ma main droite d'une éventuelle contre-attaque de l'adversaire. Le point essentiel ici est de ne pas perdre sa structure.

 

A partir de là, sans mettre de force dans les mains, j'utilise mon épaule comme axe de rotation et le tire vers son avant jusqu'à sa chute.

 

De nos jours encore, on peut encore voir dans les régions rurales de nombreuses personnes portant des Jige (지게, hotte). En les voyant, on imagine qu'il leur est difficile et douloureux d'ôter un Jige plein de leur dos. Mais il n'en est rien car c'est une question d'utilisation de la puissance des épaules. L'observation de cette manière de se débarasser du Jige peut être d'une grande aide pour l'exécution de cette technique.

 


 


Erreurs usuelles

 

Erreur 1 : en montant trop huat la main de l'adversaire, je ne génère pas Daegakseon Milgisu, ne créant aucun déséquilibre.

 

Erreur 2 : comme je tire trop sur le bras de mon adversaire, je ne peux pas avancer ma jambe droite. En outre, je ne peux me protéger d'une possible attaque de sa main droite.

 


Finitions

 

Afin de l'empêcher de bouger, je peux presser avec mon genou le point Cheongnaeng'yeon (청냉연, point sous le triceps). Contrôler l'adversaire avec le genou premet de rester disponible en cas d'attaque par un tiers.

 

Je presse le même point mais avec ma main.

Date de dernière mise à jour : 28/10/2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site