[kkeokkgisul] Sonmok an'euro kkeokkgi

(Librement traduit du livre "Hapgi Yeongu" de KIM I-Su )

 

Le partenaire vient me saisir le poignet homo-latéralement (바깥 손목잡기, Bakkat Sonmok Japgi). M'accordant à la force de son attaque (Hwa, , ), je vide mes propres forces. J'applique un Dwi Teugisu afin de déséquilibrer son centre (중심, 中心, Jungshim) vers son arrière et vers le bas. Deux cas peuvent suivre

 

1- J'utilise ma force pour le pousser (당기기, Danggigi) : si l'on applique le Dwi Teugisu avec une force excessive, l'adversaire se déplacera pour échapper à la pression. Il convient d'avancer pour empêcher cela, tout en restant très vigilant à maintenir la pression sur l'adversaire.

 

2- J'utilise ma force pour le tirer (밀기, Milgi) : ce faisant, par mon déplacement, je créée un Ap Teugisu et déséquilibre mon adversaire vers son avant.

 

Quelle que soit l'option choisie (tirer ou pousser), dans le prolongement du Him Gi'ulligi, ma main gauche vient adhérer (et non pas saisir) au dos de la main droite de l'adversaire et je contrôle par une pression de mon poignet droit le pouce droit de l'adversaire.

 

Continuant le mouvement, je presse encore plus en posant ma main droite sur le dos de sa main droite et en entrant mon coude vers l'adversaire, imprimant un mouvement vers de poussée vers le bas.

 

1- S'il suit le mouvement : je croise mes deux pouces sur le dos de sa main. Ce à quoi il faut faire attention, c'est la tendance à vouloir presser l'articulation du poignet. Mais c'est en fait une torsion (enroulement) du cubitus et du radius qui doit être recherché (pas de photo).

2- S'il résiste au mouvement : aussitôt que je retire ma main droite qui presse son pouce, je la repose sur le tranchant de sa main et je presse fortement avec ma main gauche sur le dos de sa main (voir photo ci-dessus).

Nota : "sentir" quand l'adversaire met de la force ou anticipe un mouvement est une qualité essentielle pour les techniques de Yusul.


 

Points importants

 

En pressant le pouce de l'adversaire avec un mouvement de ma main droite vers l'extérieur, j'accentue à volonté le déséquilibre de l'adversaire. En outre, avec ma main gauche pressant le dos de sa main, l'effet est encore plus important. Il convient de noter que mes deux mains doivent exercer une pression constante en évitant de saisir tout de suite : la saisie doit se faire le plus tard possible afin de ne pas rajouter de la tension à la tension imposée par l'adversaire. 


 

 

Erreurs usuelles

 

L'erreur des débutants est de vouloir dégager la main droite aussi vite que possible. Ce faisant, on donne la possibilité à l'adversaire de retrouver de la puissance dans sa main (bras). En Hapgisul, c'est en ne dégageant pas ma main (Ppaegi) que je peux réaliser des Him Gi'ulligi.


 

 

Finitions

 

Voici un exemple d'immobilisation qui profite de la continuité du mouvement et qui empêche toute évasion de l'adversaire. La pression du genou est importante pour empêcher l'adversaire de se retourner.

L

 

ibrement traduit du livre "Hapgi Yeongu" de KIM I-Su )

 

 


Date de dernière mise à jour : 28/10/2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site