[Gyeongchal hoshinsul] 7 principes sur saisie

(Article et photographies tirées du livre "Gyeongchal Chepo Hoshinsul Gyobon" de O Jeong-Ju. Bien que n'étant pas un Muye à proprement parler, la self-défense appliquée aux policier en Corée me paraît intéressante : mélange de Yudo, Taegwondo, Hapgido et Geomdo, c'est une synthèse vivante. Les principes exposés peuvent paraître simples, mais ils sont censés de former des réflexes sûrs. Aussi vais-je faire quelques articles concernant ce que l'on enseigne aux agents de police (Gyeongchal, 경찰, 警察) dans ce manuel écrit à leur intention)

 

 

Principe 1 : lors de la saisie, descendez sur vos appuis et inspirez fortement

Au moment même où je me fais saisir, je tire une de mes jambes vers l'arrière de manière à abaisser mon centre (Jungshim, 중심, 中心). Je garde mes genoux fléchis et mes chevilles souples et mobiles. Mon dos doit être légèrement penché de manière à ce que la verticale passant par mon centre soit un peu devant le point au milieu de mes deux pieds (donc, légèrement en  avant sur mon assise), ceci afin de ne pas subir de torsion de mon dos à cause de la poussée de l'adversaire. Je mets la pression à l'adversaire en pointant mes yeux, fixes, droits dans les siens.

 

Principe 2 : s'il me pousse, je tourne

 

Je prends une position stable et une respiration calme. D'un déplacement de ma jambe arrière vers la droite ou a gauche, j'applique une force centrifuge, puis une pression latérale tirant l'adversaire vers l'espace créé devant lui. Tournant enfin mon pied avant, je termine ma rotation et complète la chute de l'adversaire et je peut procéder à son arrestation.

 

Principe 3 : s'il me tire, je le pousse

Je prends une position stable et une respiration calme. Je repousse vers le haut sa tête ou sa machoire dans sa diagonale avec ma paume. Selon les différences corporelles et les différences de force, je peux frapper de mes doigts ses yeux, son cou (le point Cheondolhyeol, 천돌혈, 天突穴) ou son aisselle.

 

Principe 4 : s'il met une tension forte, je le secoue ou je lui donne un coup de pied

Je prends une position stable et une respiration calme. L'adversaire mettant de la force dans son bras, depuis une position des pieds stables, je remue de gauche à droite tout en lui mettant de la pression. Sinon, d'un coup de pied, je peux tenter de le frapper aux parties, aux genoux  ou le dessus de son pied pour lui saper la base de sa force.

 

Principe 5 : s'il effectue une torsion, je le tords

Je prends une position stable et une respiration calme. Lorsque l'adversaire commence à vouloir intenter une torsion (pour effectuer une projection par exemple), j'amplifie le mouvement de son articulation. Contrôlant sa saisie avec le tranchant de ma main ou avec mon pouce, je déplace ma jambe dans la diagonale de son attaque et applique une pression.

 

Principe 6 : s'il est violent, je casse son rythme

Je prends une position stable et une respiration calme. Si la pression est plus faible sur une de mes jambes pendant la charge de l'adversaire, je peux le frapper d'un coup de genou. Si mes deux jambes subissent une forte pression, je peux le frapper de mes coudes. Le but est de mettre un terme à sa charge et reprendre l'initiative.

 

Principe 7 : si je tombe, je mords ou je pique

Si je tombe durant le corps à corps avec mon adversaire, je cherche s'il a un membre près de ma tête et je le mords. De mon pouce, de mon index, je frappe ses yeux, sa gorge, ses aisselles, ses côtes et je tente dans le même temps je tente de me dégager.