La Corée, vue par Donn.F Draeger et Robert.W Smith

(Extrait de "Asians Fighting Arts", de Donn.W Draeger et Robert.W Smith, deux experts reconnus mondialement. Leur point de vue sur l'histoire martiale de la Corée me semble avoir sa place sur ce site, en ce qu'il explique, avec leurs mots, la spécificité des Muye coréens parmi les arts martiaux des autres pays d'Asie. Leur vision très complète de ce qui est pratiqué dans les autres pays de la Région donne, selon moi, une certaine légitimité à leur analyse)

 

 

La Corée, nommée "le Royaume Ermite", possède une assortiment unique d'arts de combat dérivés de nombreux types de formes de combats importés par différents peules. Mais les caractéristiques spéciales des Coréens des premiers temps les rendirent capables de faire survivre leur race  et leur culture distinctes. L'une des premières caractéristiques est leur habileté à s'adapter aux idées étrangères sans sacrifier leur propre identité culturelle. Cela les a rendu à même d'éviter d'être avalés par des pouvoirs étrangers dotés d'une puissance militaire supérieure.

A travers l'Histoire, les Coréens ont toujours favorisé le combat avec armes de lancer et à mains nues. Les formes de combat avec lames n'ont jamais atteint un haut niveau d'efficacité pour de nombreuses raisons. Les Muye coréens provenaient  principalement de deux origines. La première était les peuples nomades des steppes de Mongolie ; l'autre les peuples chinois. Les tribus nomades étaient d'abord des combattants montés, dépendant des tactiques de cavalerie, avec le support de tirs d'arbalètes et d'arcs composites. Pour eux, les armes avec lames étaient un auxiliaire. D'un autre côté, les Chinois avaient  développé à un haut degré les armes avec lame mais, dans les premières prises de contact avec les Coréens, ils ne leur enseignèrent pas de techniques sur leur fabrication. Quand des techniques étrangères de fabrication de sabres, et l'emploi au combat d'armes tombèrent finalement entre les mains des Coréens, il n'y eut pas de développement de styles locaux particuliers. De plus, l'entrée tardive, comparativement, du métal en Corée ne favorisa pas les nécessaires progrès pour développer une utilisation satisfaisante des armes destinées au combat.

 

L'opinion de DC sur cet extrait : les auteurs parlent ici de la période pré-Trois Royaumes. Bien que certaines de leurs vues soient dépassées (livre publié pour la première fois en 1969, des fouilles archéologiques ont depuis permis de mieux comprendre la préhistoire et l'histoire coréennes) et que de nombreuses erreurs ou approximations sont facilement décelables, je trouve pertinente l'analyse des points forts (tactique de déplacement et attaques à distance) et faibles (distance de lame) des Musul coréens. Mais aussi, ils apportent la confirmation, de leur point de vue élargi aux arts martiaux de l'ensemble de la région asiatique, d'une vraie spécificité coréenne, malgré le fait que les Muye aient été constitués principalement des apports des pays voisins.

Date de dernière mise à jour : 02/10/2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site