[Shilla] Hwarang - Jeunesse Fleurie

(Texte traduit du livre "Source of Korean Tradition" de Peter H. LEE (UCLA) et Theodore de BARRY (Columbia University))

chiugun.jpg

Les origines des Hwarang (화랑, 花郞), un groupe social unique du royaume de Shilla, peuvent être retracées à l'"organisation par âges" du début du l'ère. Au travers des rites et de la vie en communauté, les jeunes hommes apprenaient les valeurs traditionnelles de la société ; au travers des arts militaires, de la poésie et de la musique, ils apprenaient la compréhension mutuelle et l'amitié. Généralement organisé au niveau du village ou du clan, ce groupe social de base maintenait la structure sociale cohérente. Bien qu'ayant débuté au milieu du 4ème siècle, Shilla accélérant son développement vers une étatification, le maintien du groupe au niveau du village ou du clan devint difficile à maintenir. Dès le début du 6ème siècle, Shilla commença à étendre son territoire et la transformation du groupe de jeunes devint inévitable. Sous ces nouvelles conditions, les Hwarang, passés à un statut  semi-officiel au niveau national, en vinrent à être une organisation dédiée au développement des talents.

Un groupe de Hwarang, comprenant plusieurs centaines de jeunes hommes, était dirigé par un jeune issu de la haute aristocratie et plusieurs moines. Pendant une période déterminée, ils vivaient ensemble pour apprendre les arts militaires et cultiver la vertue. Ils faisaient aussi des pélerinages vers de fameuses montagnes et rivières pour développer leur amour de leur royaume ; et ils apprenaient la beauté de l'ordre et de l'harmonie au travers de la poésie et de la musique. Ensemble, ils priaient pour la paix en leur pays et son développement. Les moines, servant comme chapelains, leur donnaient une éducation religieuse et enseignaient ainsi le Bouddhisme et la loyauté au roi.

Les Cinq Commandements pour les Laics de Wongwang décrivent le mieux le contenu de l'éducation des Hwarang : "Loyauté au Roi", "Dévotion aux parents", "Confiance entre les amis", "Pas de retraite durant la bataille" et "Choix réfléchi de vie et de mort". Ici, le courage requis pour la guerre d'unification et le concept de compassion bouddhiste étaient ajoutés aux vertues confucéennes. Parmi celles-ci, la loyauté et la sincérité étaient considérées comme fondamentales. Certains Hwarang ont aussi étudié les classiques confucéens comme le "Livre des Rites" ou les "Commentaires de Tso".

Désirant donner sa vie pour le pays, les Hwarang faisaient voeu de servir en temps de nécessité. Ce même esprit inspirait le jeune devenu plus tard un adulte installé, qu'il fasse carrière dans l'armée ou dans la politique. Avec ces bases solides d'esprit national et de morale, les Hwarang devinrent une des sources principales des succès de Shilla contre ses ennemis.

Après l'unification des Trois Royaumes par le puissance militaire de Shilla, les Hwarang en tant qu'institution militaire commençèrent à décliner. Avec la paix qui s'ensuivit, le peuple de Shilla ne sentait plus la menace de la guerre, et l'esprit viril démontré par les Hwarang disparut. Ainsi, les Hwarang de l'époque Tongil Shilla Shidae (668-935) furent ainsi plutôt connus comme un groupe spécialisé dans la poésie, la musique et la danse, non pas dans un but d'éducation morale mais pour le jeu et l'amusement.


(Texte traduit du "Samguk Sagi", écrit vers 1145 par KIM Bushik (金富軾), historien à la cours du roi Injong)

geommu.jpg

Ssanggeomdaemu (쌍검대무, 雙劍對舞) by Hyewon

 

Les Wonhwa (Fleurs originelles, 원화, 源花) furent présentées devant la cours pour la première fois la 37ème année du règne du roi Chinheung (576).  Le roi et ses ministres s'étaient interrogé sur le problème suivant : comment trouver des gens de talent ? Ils émirent le souhait que des gens se regroupent, permettant ainsi qu'ils s'observent entre eux et qu'ainsi, ils élèvent leurs talents, pour le bien de leurs charges. Parmi eux, deux belles femmes, Nammo (남모, 南毛) et Junjeong (준정, 俊貞) furent choisies, et un groupe de 300 personnes les suivit. Mais les deux femmes devinrent rivales. Finalement, Junjeong invita Nammo chez elle, l'ennivra de liqueurs et la jeta dans le fleuve. Junjeong fut condamnée à mort. Le groupe connut alors des divisions, puis se sépara.

Après cela, de beaux jeunes hommes furent choisis.  Le visage fardé et apprêtés de beaux vêtements, ils étaient respectés en tant que Hwarang, et des personnes de tous milieux se joignirent à eux, tels des nuages. Les jeunes s'enseignaient les uns les autres à propos de la Voie et de la Droiture, se divertissaient de chansons et de musiques, et allaient visiter les montagnes et les rivières les plus distantes. Beaucoup fut appris au travers de ces échanges. Ceux qui avaient bon esprit étaient recommandés à la Cour Royale.

Dans les "Annales des Hwarang" (Hwarang Segi, 화랑 세기, 花郞 世記), KIM Daemun (김대문, 金大問) écrit : "De cela, les ministres les plus capables et les plus loyaux seront choisis parmi eux, et les bons généraux et les soldats courageux naîtront parmi eux".

Date de dernière mise à jour : 08/08/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×